société

Goûts de voyage

À partir du 29 mars 2020 (car cette liste peut grossir au fil des aventures culinaires smile)

Vie de confinement, la suite ! COVID-19 oblige, nous sommes à la recherche d’autres voies de voyage. Après (Im)mobile, voici maintenant une idée de comment raviver le voyage et ses papilles : la cuisine.

Mobilisant tous les sens, l’alimentation est une énorme source de plaisir dans nos voyages. À chaque lieu ses petites spécialités … Ici et là, au coin d’une petite rue ou au bout d’un chemin : une adresse, un goût, une texture, un parfum. Affamé.e de bonnes épices, nous les traquons sans relâche. Sur chaque table, des assiettes bien garnies, malgré la minceur affichée. Régulièrement, notre appétit surprend même nos hôtes-ses ! (absolument véridique) Avant de remballer nos affaires, nous y glissons volontiers épices et autres trésors gustatifs. Et de retour, lorsque ces sensations renaissent dans nos papilles, elles ramènent quelques sourires, et bien des souvenirs. Où se construisent les bons moments ? Autour de la table, indéniablement.

ps :

  • Nous tendons vers un quotidien vegan depuis quelques temps. En voyage, il n’est pas toujours facile de respecter nos convictions (boh ce n’est qu’une excuse pour des estomacs curieux, avouons-le !), mais lorsque nous reproduisons ces recettes, elles sont adaptées en version non animales.
  • Comme nous ne nous prétendons pas habiles en cuisine, nous ne décrivons pas de recettes. Il existe bon nombre de livres / blogs / chaînes YT bien plus capables que nous.

pps : Cette liste se veut évolutive et non pas une sélection à un moment T, car les goûts et les plaisirs ne s’arrêtent pas maintenant – on l’espère !

ppps : Bon on passe aux choses sérieuses ?

BAOZI

Chine

Tout le monde connaît les Gyozas ou Jiaozi en chinois, à savoir ces petits raviolis délicieux à manger en jour de fête (en Chine) ou en entrée (en Occident). Mais quid des Baozi ? Petites boules rondes à base de farine et garnie d’excellentes choses (végétariennes ou non), elles se dégustent à l’emporter, en chemin pour le boulot le matin, en goûter (sucrés ou salés), et en repas (en guise d’accompagnement, ou en plat principal). Bonnes à tout faire et absolument pas chères, elles font partie du patrimoine culinaire chinois, et y a de quoi !

Recette possible :

https://recetteschinoises.blogspot.com/2013/01/baozi-vegetarien-pak-choi-et-shiitake.html

Un matin, à Majorque, en plein été. Je m’y trouve sans S., mais en train de chiller avec une amie. Le matin, mon amie s’adresse à sa grand-mère, chez qui nous logeons, pour demander quelques Cocas, histoire de me faire goûter. La tête embuée, pas bien réveillée, je ne pipe pas mot. Après tout, mon amie pense peut-être que je n’ai jamais bu de Coca, c’est vrai que ce n’est pas mon genre. Et puis, voilà le Coca qui débarque, alias la tarte aux poivrons, petite chose qui sent bon le Sud, et qui vient bouleverser toutes mes certitudes, moi qui prétendais ne pas aimer les prépas à base de pâte… Me voilà maintenant accro à tout ce qui s’y approche. Plus qu’un plat, c’était un monde culinaire qui s’ouvrait !

Recette possible : https://www.750g.com/coca-aux-poivrons-r56575.htm

COCA

Espagne

GOULASH

Europe Centre-Est

On ne va pas se mentir, quand on a découvert ce plat, il n’était pas végétarien pour un sous, et nous non plus d’ailleurs. Mais alors quel délice, cette cuisson lente et juteuse, qui donne finalement un plat onctueux et si goûteux ! En Hongrie, en Autriche, en Croatie ou à Prague, nous n’avons jamais été déçu.e et il nous rappellera toujours l’Europe de centre-Est, région que nous affectionnons énormément.

Une version vegan : https://vegan-pratique.fr/recettes/goulasch-hongrois-aux-haricots-tofu-fume/

Les juliennes (Si) de patates (TuDou), c’est un plat d’enfance pour C., d’origine chinoise, et une révélation pour S. Simple et basique, il suffit de laisser tremper un certain temps des patates taillées en juliennes pour leur donner un beau croustillant une fois sautées (d’autres prônent de les faire cuire dans de l’eau, à essayer également). À agrémenter ensuite de sucre, de vinaigre, d’un peu de sauce soja et de piments, et voilà un plat parfait à déguster en compagnie de riz blanc et de légumes. Un classique de la vraie cuisine chinoise familiale, principalement au Nord, qu’ignore trop souvent l’Occident, malheureusement.

(Et en plus, c’est totalement vegan)

Recette possible : https://recetteschinoises.blogspot.com/2009/02/juliennes-de-pomme-de-terre-sautees.html

JULIENNES DE PATATES (ou TuDouSi)

Chine

PAPPARDELLES

Italie

En termes de pâtes, en tant que non-Italienne, j’alternais spaghettis, tagliatelles et lasagnes sans imaginer d’autres formes de pâtes possibles. Et comme je déteste les pennes, le monde des pâtes italiennes me semblait un peu triangulaire. Et puis un jour, une terrasse à Florence, un coup de foudre : les pappardelles. Ces filets de pâtes rectangulaires, grosses comme des algues, sont venues bousculer ma routine pastaïenne de tout leur poids. Je n’aurai jamais imaginé un jour avoir une passion telle pour des pâtes, et pourtant!

Une association possible (mais tout est bon avec des pappardelles) : https://auvertaveclili.fr/pappardelles-courge-butternut-parmesan-vegetal-vegan/

Plat national par excellence dans plusieurs régions d’Asie Centrale, le plov est une de nos meilleures découvertes culinaires en voyage. Complet et bien résistant, il se déguste à la main (technique à apprendre, il faut apparemment se focus sur trois doigts précis) ou aux couverts si on est attendri par votre bouille de touriste. Goûté sous toutes ses coutures en Ouzbékistan, même à l’huile de coton, il nous a procuré.e bien des sensations (et une belle crise digestive post-huile susdite). D’ailleurs, si un jour en Ouzbékistan vous tombez sur un plov qui, une fois terminé, laisse une couleur violette-brunâtre, sachez-le, l’huile de coton est entrée. À vous de découvrir s’il va trouver son chemin.

Recette possible : http://serial-baker.blogspot.com/2019/01/plov-vegetarien.html

PLOV

Ouzbékistan

XIAO CHI

Chine

Que signifient ces deux termes qui paraissent être du chinois pour bon nombre de personnes (et qui sont bien du chinois) ? Littéralement « petits aliments », ils désignent ces plats en petite quantité à grignoter seuls ou combinés, sur des étals de marché ou au restaurant. Les tapas version chinoise ! Ils font la renommée de certaines villes sur la scène culinaire, comme par exemple Chengdu, la capitale du Sichuan. Lors de notre passage en 2015, nous nous sommes aussi frotté.e à l’exercice, que la photo en couverture en soit témoin. Un excellent moyen de découvrir la richesse de la cuisine locale !

Pas besoin de recette, il suffit de réaliser pleins de petites choses (nouilles, raviolis, salades) pour se composer son propre Xiao Chi !  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code